Combien de végétariens en France ?

4 novembre 2019 - Estelle POLETTE DE OLIVEIRA

Mandaté par FranceAgrimer et l’Observatoire Cniel des Habitudes Alimentaires (Ocha), le Crédoc1 a récemment réalisé un panorama de la consommation végétarienne et a évalué son étendue dans les populations française, allemande, britannique et espagnole. Présentation des principaux résultats. 

Crédit : Adobe Stock

« Un phénomène encore marginal ». C’est ce que conclut l’étude menée en 2018 par le Crédoc, sur la demande de France Agrimer et de l’Observatoire Cniel des Habitudes Alimentaires (OCHA) concernant les pratiques végétariennes en France (1 009 individus), Allemagne (820), Royaume-Uni (826) et Espagne (865) et dont les résultats viennent d’être publiés.

Contrairement à l’importance grandissante donnée à ce sujet par les médias, les résultats de l’enquête quantitative indiquent une proportion de 5,6 % de végétariens parmi les personnes interrogées dans les quatre pays. En revanche, un écart entre l’identité végétarienne revendiquée et les pratiques alimentaires a été relevé : « sur 100 végétariens auto-déclarés, 8 % consomment occasionnellement de la viande ou des produits carnés (moins d’une fois par semaine), 51 % en consomment au moins une fois par semaine, et 16 % déclarent consommer tous les jours au moins un type de viande », résume Interbev. Se déclarer « végétarien » ou « végan » ne s’accompagne donc pas toujours par des actes reflétant ce choix.

Graphique n°1  : 40 % des interrogés français déclarent connaître au moins un végétarien dans leur entourage

Graphique n°2 : En France, en plus des 5,2 % de végétariens, végétaliens et végans, 20 % de la population est flexitarienne

Pour compléter ce premier volet quantitatif, une étude qualitative, basée sur des données bibliographiques et des entretiens d’experts a été réalisée. La santé est la raison la plus évoquée par les individus qui ont réduit leur consommation de viande, tandis que l’éviction stricte est davantage dictée par les considérations éthiques, notamment le bien-être animal, qui est l’argument caractéristique avancé par les jeunes générations.

Graphique n°3  : En France comme dans les trois autres pays, l’argument de santé arrive en première position

Graphique n°4 : En France, 88 % des interrogés estiment que le bien-être des animaux devrait être mieux protégé.

Graphique n°5 : En France, ce sont les conditions d’abattage qui préoccupent principalement les répondants.

Graphique n°6 : En France, la réduction financière est le premier argument de 27 % des personnes qui affirment avoir baissé leur consommation de viande (flexitariens).

Même s’il est difficile d’établir un profil type du végétarien en raison de la faiblesse des effectifs, cette enquête montre que le phénomène semble attirer davantage les femmes, les jeunes (moins de 35 ans), ainsi que les populations urbaines ou dotées d’un fort capital culturel (cadres ou très diplômés, selon le pays).

Graphique n°7 : Les femmes évoquent plus souvent la cause animale

Graphique n°8 : Les végétariens, végétaliens et végans ont préférentiellement moins de 34 ans et sont plus souvent représentés dans les catégories socio-professionnelles supérieures ou chez les inactifs

Selon l’étude, « si le végétarisme n’est pas un phénomène nouveau, le contexte parait favorable à son développement. La transformation des modèles alimentaires, l’apparition des régimes particuliers, l’éloignement du monde rural, les avancées sur la conscience animale, l’activisme de certaines ONG, le développement de l’offre végétarienne ou encore les politiques publiques qui incitent à limiter la consommation de viande sont des facteurs contribuant au renforcement de cette tendance ».

Côté prospective et évolution, il est impossible pour le moment de mesurer la progression du phénomène dans la population, notamment à l’échelle européenne, car son caractère encore marginal nécessite un déploiement d’enquêtes d’ampleur pour capter et analyser en détail cette partie de la population. Néanmoins, selon les experts interrogés, le végétarisme devrait encore connaître une progression en Europe.

1 : Centre de Recherche pour l'Étude et l'Observation des Conditions de Vie

Source : Panorama de la consommation végétarienne en Europe – synthèse FranceAgrimer. Edition Octobre 2019.

AUX CÔTES DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d’expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois