Alimentation animale : pas d'inquiétude d’approvisionnement pour les élevages

14 mai 2020 - Ifip

En ce qui concerne la situation en élevage, ceux-ci restent bien approvisionnés en aliment. Les grandes tendances observées ces dernières semaines sur les marchés des matières premières de l’alimentation animale se confirment.

Photo : Adobe Stock

Pour le blé, malgré la réduction de la demande nationale (boulangerie/ pâtisserie, alimentation animale), les prix se maintiennent. Les exportations françaises de blé vers les pays-tiers restent très dynamiques et pourraient même attendre un record (13,2 Mt) d’ici la fin de la campagne (fin juin). Par ailleurs, le déficit hydrique qui se creuse sur une large partie de l’Union européenne et en mer Noire devrait induire une baisse des rendements des céréales d’hiver pour la récolte 2020.
A l’inverse, sous l’influence de la chute de la demande pour la production d’éthanol, les prix internationaux du maïs restent sous pression. En parallèle, les perturbations des filières viandes aux USA - fermetures d’abattoirs - font craindre aux opérateurs de la nutrition animale une réduction des besoins en aliments dans les mois à venir. Malgré cette crise de la demande aux Etats-Unis, une augmentation des surfaces semées est attendue. Face à cette baisse du prix mondial du maïs, une taxe (dont le calcul est indexé sur le prix du maïs à Chicago) est appliquée depuis le 27 avril sur l’ensemble du maïs importé par l’Union européenne afin de limiter la baisse du prix du maïs sur le marché européen. Le secteur français et européen de l’alimentation animale privilégie actuellement le maïs dans les rations, au regard de son prix attractif comparativement au blé.
Pour les tourteaux, le prix du tourteau de soja a retrouvé son niveau d’avant la crise (340 €/t à Montoir). L’offre brésilienne est abondante et il n’y a pas de difficulté logistique dans ce pays. A l’image de la filière éthanol, le secteur des biodiesels fait face à une forte réduction de la demande. Cela contraint les triturateurs européens de graines oléagineuses à ralentir l’activité. En conséquence, l’offre en tourteaux de colza et de tournesol reste limitée, alors qu’une partie de la demande est incompressible notamment de la part des filières animales avec alimentation garantie sans OGM.

AUX CÔTES DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d’expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois