Agri-bashing : prison requise pour 14 militants animalistes

23 septembre 2019 - Elisa Taurin

Vendredi dernier, le parquet du tribunal correctionnel d’Évreux a requis jusqu’à six mois de prison ferme contre quatorze militants de l’association « Boucherie abolition » pour des effractions commises dans trois élevages de volailles et de porcs.

Crédit : Adobe Stock

Quatorze militants animalistes de l’association « Boucherie abolition » âgés de 25 à 50 ans ont été jugés, le vendredi 20 septembre, par le tribunal correctionnel d’Évreux (27). Il leur est reproché de s’être introduits dans trois exploitations agricoles dans l’Orne, l’Eure-et-Loir et l’Eure pour « libérer » des volailles et des porcs, le 14 avril 2019 et le 13 décembre 2018. Pour rappel, lors de la seconde action, un mouvement de panique au sein de l’exploitation de l’Eure avait causé la mort par étouffement de près de 1 400 dindes.

D’après Ouest France, le parquet a requis 18 mois de prison dont six ferme contre deux porte-paroles de l’association (Solveig Halloin et Vincent Aubry). Il a, de plus, demandé 18 mois de prison avec sursis contre neuf des prévenus, quatre mois avec sursis contre un autre et 2 mois avec sursis contre un dernier. La procureure a, quant à elle, dénoncé « la particulière gravité des faits, qui génère une véritable psychose chez les éleveurs ». Elle a également souligné un « risque évident de récidive, car les prévenus ne se remettent pas du tout en cause ». Le jugement a été mis en délibéré au 5 novembre 2019.

Par ailleurs, tout récemment, dans la nuit du 16 au 17 septembre 2019, un incendie criminel a ravagé totalement les trois bâtiments vides d’un élevage de poulets dans l’Orne (61). Les bâtiments ont été ouverts par effraction et des tags injurieux (« assassins », « camp de la mort ») ont été trouvés sur les murs. Là encore, des militants de la cause animale - d’une association pour l’heure inconnue - sont pointés du doigt. La FNSEA et JA s’indignent face à « cette nouvelle attaque [qui] confirme la triste réalité d’une violence croissante et insupportable à l’encontre des agriculteurs ». Ils appellent à la plus grande fermeté de la part du gouvernement et demandent que la justice condamne ces actes et prononce des sanctions suffisamment dissuasives.

AUX CÔTES DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d’expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois