Welfarm appelle Carrefour France à prendre exemple sur sa filiale brésilienne

27 janvier 2020 - Claire Walbecque

Les ONG Welfarm et World Animal Protection félicitent Carrefour Brésil pour ses engagements en matière de bien-être animal avec, entre autres, un arrêt de la castration à vif annoncé pour 2025. Elles appellent Carrefour France « à suivre l’exemple » de sa succursale brésilienne.

La filiale brésilienne de Carrefour a annoncé que tous ses produits à marque propre (viande fraiche) proviendront, d’ici 2025, d’élevages porcins ne réalisant plus de castration à vif des porcelets. Il s’agit d’une première chez les distributeurs du pays. Dans un communiqué, Welfarm a félicité cet « engagement fort », qui serait d’ailleurs accompagné d’autres mesures favorables au bien-être des porc, dont « la maternité des truies en groupe et sans contentions ». L’association welfariste, accompagnée de la World Animal Protection (WAP) a appelé Carrefour France à poursuivre ses efforts, notamment vers l’arrêt de la castration à vif des porcs pour sa filière qualité et « à suivre l’exemple de sa succursale brésilienne ».

L’immunocastration en solution

Cette décision ferait suite à de nombreuses pétitions et à un travail initié en 2018 avec l’ONG WAP, laquelle avait ouvert des échanges avec le distributeur brésilien et proposé un accompagnement technique. A l’issue de ceux-ci, Carrefour Brésil a ainsi annoncé les engagements suivants :

  • D'ici décembre 2022, 100% des truies reproductrices seront élevées en groupe, avec une dérogation de 28 jours maximum de confinement en cage, [NDLR : A quel(s) stade(s)? En maternité, en verraterie ou en gestation ? Welfarm a mentionné dans son communiqué « la maternité des truies en groupe et sans contention ». Au vu des éléments mentionnés, cela reste à confirmer.]
  • D'ici décembre 2022, les fournisseurs de Carrefour Brésil auront l’interdiction d’entailler les oreilles des cochons,
  • D'ici décembre 2025, la castration à vif des porcelets sera également interdite et remplacée majoritairement par l’administration d’un « vaccin anti-odeur » (immunocastration).
  • Le meulage des dents est banni, avec une dérogation possible en cas d'extrême nécessité, lorsqu'un comportement agressif entre les porcelets est vérifié alors même qu’un enrichissement environnemental a été fourni à toutes les étapes de la production.

Prendre le Brésil en exemple ?

« Des progrès pourraient également être envisagés, à l’instar de Carrefour Brésil, concernant les conditions de vie des truies ainsi que sur le terrain des autres mutilations », pouvait-on lire dans le communiqué de Welfarm. Prendre exemple, vraiment ? Il y a de quoi être surpris au regard des réglementations françaises (et européennes) en vigueur en matière de bien-être animal. Quant au sujet de l’arrêt de la castration à vif, celui-ci est plus que jamais au cœur des projets de recherche dans notre pays. Volonté d’ailleurs réaffirmée par Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, en décembre dernier.

 

AUX CÔTES DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d’expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois