Welfarm s’en prend à l’IGP Jambon de Bayonne

28 octobre 2019 - Elisa Taurin

Ces 25 et 26 octobre, l’association Welfarm a sillonné les rues de Bayonne avec un camion affichant une publicité détournée du Jambon de Bayonne. L’objectif : dénoncer la castration des porcelets mâles imposée par le cahier des charges de l’IGP.

Suite à une vidéo tournée en août 2019 par l’association DxE dans un élevage hors-sol de porcs fournissant l’IGP Jambon de Bayonne, montrant une séance de castration à vif de porcelets mâles, l’association Welfarm a une nouvelle fois souhaité avertir le grand public vis-à-vis de cette pratique.  

Cette dernière reproche à l’IGP d’avoir « rendu cette mutilation obligatoire dans son cahier des charges ». L’association, qui aurait interpellé le Consortium, juge irrecevables les arguments qu’il aurait avancés pour décrédibiliser les alternatives à la castration à vif et ainsi justifier son recours systématique. « Ces alternatives sont pourtant fiables, viables économiquement et même majoritairement utilisées chez nos voisins européens, affirme-t-elle. Il est scandaleux que l’IGP Jambon de Bayonne oblige ses éleveurs à castrer leurs cochons pour pouvoir prétendre à cette appellation ! Les signes de qualité devraient au contraire se montrer exemplaires en matière de bien-être animal, c’est vraiment le monde à l’envers ».

Crédit : Welfarm

Pour marquer le coup, Welfarm a alors sillonné les rues de Bayonne les 25 et 26 octobre avec un camion affichant une publicité détournée de la recette du Jambon de Bayonne. On pouvait y lire : enfermement à vie des animaux, coupe de la queue à vif et castration obligatoire réalisée sans anesthésie (voir photo). L’objectif : pousser l’IGP à réviser son cahier des charges et le ministre de l’Agriculture à interdire cette pratique. « Le ministre de l’Agriculture a promis de faire des annonces ‘‘ambitieuses’’ en matière de bien-être animal, d’ici quelques jours. Welfarm lui rappelle que près de 175 000 citoyens français ont déjà signé sa pétition exigeant l’interdiction de la castration à vif des porcelets. Il serait donc incompréhensible qu’à cette occasion, le ministre n’annonce pas la fin de cette mutilation inutile et atrocement douloureuse », commente l’association.

AUX CÔTES DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d’expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois