AG Triskalia : Michel Bloc’h milite pour l’AOP

29 mars 2019 - Estelle POLETTE DE OLIVEIRA

C’est à l’occasion de l’assemblée générale du groupement porc Triskalia que Michel Bloc’h, son président, a fait savoir son mécontentement vis-à-vis des retards d’enlèvement. Pour lui la réponse à ce problème passera nécessairement par la création d’une AOP, qu’il appelle de ses voeux.

Michel Bloc’h, président de la section porc du groupement Triskalia.

Remonté contre les retards d’enlèvement de cet hiver, Michel Bloc’h, président de la section porc du groupement Triskalia a  milité, lors de l’assemblée générale de son groupement en mars dernier, pour la création d’une Association d’Organisation de  Producteurs (AOP) évoqué depuis septembre 2018 par différentes instances. « Entre 1998 et 2015, il n’y a pas eu un seul retard d’enlèvement. Aujourd’hui c’est quasiment notre quotidien. Il faut arrêter cette discrimination entre éleveurs. C’est  insupportable ! », s’est-il agacé. Pour tenter de remédier à ce problème, le groupement aurait d’une part, pris en charge la  différence de prix payé des lots pesant plus de 102 kg carcasse et d’autre part, organisé cet hiver des départs de charcutiers à destination de l’Allemagne. Néanmoins, avec un surcoût de 10 € par porc lié au transport, cette stratégie ne semble pas  satisfaisante : « En plus du surcoût, le risque, c’est que les pièces de ces animaux reviennent sur le marché français », explique le président.
A ce problème d’enlèvement vient bien évidemment se greffer la différence de prix payé observée avec l’Allemagne. « Il faut  assumer l’échec de l’écart de prix de l’année dernière. Pour cela, il nous faut trouver des solutions collectives. L’AOP est donc  indispensable. Je pense qu’elle est sur les rails », annonce-t-il timidement. En effet, conscients qu’ils n’arriveraient pas à  trouver un consensus, les présidents de groupements auraient confié cette mission aux jeunes administrateurs de leur  structure respective. Une bonne idée qui aurait débouché fin février à quatre propositions :
– établir un plan stratégique avec une démarche de progrès ;
– définir un cahier des charges Contrat d’Avenir Sociétal ;
– simplifier les signes officiels de qualité ;
– mettre en commun des moyens pour régler les problèmes de fluidité.
Quelques jours plus tard, le communiqué de presse, signé conjointement par le CRP Bretagne, le CRP des Pays de la Loire et  par l’UNGP Arip Normande, annonçait « un plan stratégique porcin porté par les organisations du Grand Ouest » en  s’appuyant sur le projet de création d’une AOP. Un bon début, qui n’a malheureusement pas eu d’écho depuis.

En chiffres
Triskalia Porc en 2018
> 654 éleveurs dont 301 naisseurs-engraisseurs et 351 engraisseurs (+ 47 adhésions en 2018)
> Chiffre d’affaires : 230 M d’€ en 2018, en retrait suite à la baisse du prix du porc
> L’activité 2018 est restée stable : 1 557 000 porcs (+ 0,4 %) et 20 360 réformes (+ 2 %) commercialisés.
> Commercialisation : 75 % Socopa-Bigard, 7 % MPB et 18 % autres abattoirs
> 7 installations en 2018
> démarrage de deux nouveaux cahiers des charges en 2018 : Cochon de Bretagne et Confiance (avec Système U)

ELO Élevage

Participez aux 1ères rencontres connectées de l'élevage

  • Les webconférences thématiques
  • L'espace d'exposition des fournisseurs
  • Le stand réservé aux innovations
  • Les animations avec jeu-concours

Découvrez l'événement et inscrivez-vous gratuitement