La FICT rappelle à l’ordre les fournisseurs et enseignes après la signature d’une charte d’engagement

29 avril 2022 - Joshua Daguenet

Dans un communiqué, la FICT a rappelé l’urgence d’appliquer sans délai la charte d’engagement signée un mois plus tôt par les fournisseurs de produits agricoles et alimentaires et les enseignes pour contrer l’inflation des coûts de production.

Le 18 mars 2022, de nouvelles négociations commerciales ont été entreprises entre les fournisseurs de produits agricoles et alimentaires et les enseignes de la grande distribution pour réagir aux conséquences immédiates de la guerre en Ukraine déclenchée un mois plus tôt.

Une charte a finalement été signée le 31 mars engageant les enseignes de distribution à étudier attentivement les demandes de renégociation des contrats, tandis que les fournisseurs ont accepté de jouer la carte de la transparence quant à la réalité en temps réel des impacts directs et indirects de la guerre sur leur activité.

Trois semaines après cette signature, les industriels de la charcuterie membres de la Fédération française des industriels charcutiers traiteurs (FICT) ont appelé les deux parties à appliquer « sans délai » cette série d’engagements pour lutter contre l’inflation des coûts de production. Depuis le début de l’année, le coût du porc breton enregistré à Plérin a bondi de 35 % et se rapproche de la barre des 1,7 euro.

« La pérennité de toute la filière porcine » est en jeu

Dans son communiqué, la fédération rappelle que plus de la moitié des coûts de production supportés par les entreprises de charcuterie se porte sur les matières premières carnées.

La FICT cite l’analyse de l’évolution des marges sur le produit de charcuterie figurant dans le rapport 2021 de l’Observatoire de la Formation des Prix et des Marges qui montre que l’évolution de ces marges depuis 5 ans s’est largement faite au profit des distributeurs : « Entre 2016 et 2020, la distribution est le seul maillon de la filière à voir son indicateur de marge brute en progression constante tous les ans ; Sur cette même période, 60 % de l’augmentation du prix de vente du produit jambon cuit est revenu à la distribution : soit 1,08 € pour la distribution alors que le prix en rayon a augmenté de 1,81 €, et que 16 centimes seulement sont revenus à l’industrie de charcuterie-salaison. »

En conclusion, la FICT estime que du respect immédiat de cette charte fournisseurs-enseignes dépend « la viabilité des entreprises de charcuterie traiteur et avec elle la pérennité de toute la filière porcine ».

 

Porcmag - Formules d'abonnement

AUX CÔTÉS DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d'expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois