La FNP veut relancer le débat avec l’aval

5 juillet 2021 - Estelle POLETTE DE OLIVEIRA

Coincés entre la flambée des prix des aliments et la chute du cours du porc, les éleveurs voient leur marge fondre. En revanche, celles des maillons de l’aval sont encore en progression en 2020. Une situation qui exaspère la FNP, qui souhaite relancer les débats avec l’aval.

Crédit photo : Adobe Stock

C’est un coup de gueule à destination de l’aval de la filière qu’a souhaité pousser la Fédération Nationale Porcine (FNP) avec son communiqué du 30 juin dernier. L’objectif : alerter et provoquer l’aval de la filière porcine pour que ses représentants acceptent « enfin » de rencontrer les éleveurs.

Alors que le prix du porc baisse dans toute l’Europe, celui de l’alimentation animale flambe, prenant ainsi en tenaille les éleveurs. A l’origine de ce phénomène : la Chine. Non seulement, en réduisant ses importations de porc européen, elle laisse d’énormes volumes de viande porcine peser sur les prix, mais en plus, elle maintient sa pression sur les achats de matières premières, induisant une hausse des prix de l’alimentation animale (70 % du coût de production). Une situation qui dégrade la rentabilité des élevages. Et l’exaspération est à son comble lorsque, quel que soit le prix payé aux éleveurs, l’Observatoire des prix et des marges conclut à des résultats encore favorables en 2020 pour les maillons de l’aval (lire ici).

Pour François Valy, président de la FNP, « cette déconnexion entre le prix final du produit et celui payé au producteur est malsaine. Elle doit cesser ! ». Il compte désormais sur la proposition de loi Besson-Moreau, votée à l’unanimité le 24 juin par l'Assemblée nationale, obligeant notamment les acteurs à prendre en compte l’indice du coût de production du fournisseur. « Certains opérateurs majeurs de la salaisonnerie française envisagent le même principe avec leurs clients », assure-t-il.

A l’heure où la souveraineté alimentaire et par ricochet, l’élevage français, doit refaire sa place, la FNP demande également que les « règles du marché » soient respectées et que la promotion du Porc Français se traduise par un meilleur respect des éleveurs « en leur donnant de vraies perspectives, par contrat et en adoptant enfin des règles de marché loyales ! »

Abonnement PorcMag

AUX CÔTÉS DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d'expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois