Plan de résilience : une aide supplémentaire pour payer les factures d’aliment

13 avril 2022 - Françoise Foucher

Face aux fabricants d’aliment de la région Sud-Ouest réunis en assemblée générale vendredi 8 avril, Valérie Bris, directrice adjointe du pôle animal de Coop de France, en charge de la Nutrition animale, disposait des dernières informations sur la nouvelle aide accordée aux éleveurs pour absorber la hausse de leur facture d’aliment.

Aliment granulé

« L’idée est d’aller très vite pour une mise en paiement fin juin, annonce Valérie Bris, directrice adjointe du pôle animal de Coop de France, en charge de la Nutrition animale. Nos estimations rejoignent celles de l’Ifip : la hausse du coût de l’aliment va mettre en danger la trésorerie des éleveurs. » L’Ifip prévoit pour 2022 une augmentation du prix de l’aliment porc de 33 % ; les fabricants estiment eux, sur la base d’une hausse du coût des matières premières de 100 € t, un impact sur le prix de revient de 28 c / kg de poids vif — « Et encore cela ne prend-il en compte que la hausse des matières premières, relève-t-elle. Il faut ajouter à cette hausse de 100 € / t, la hausse du coût énergétique, tant dans la fabrication de l’aliment que dans sa livraison et son impact en élevage. »

Une nouvelle ligne d’aide de 89 millions

Les filières animales, l’interprofession de la nutrition animale, et la DGPE (direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises du ministère de l’Agriculture et de l’alimentation) ont donc mis au point un dispositif de soutien spécifique pour aider les éleveurs à s’acquitter de leur facture d’aliment. Après les 400 millions € annoncés par le Premier ministre au titre de l’aide portée aux élevages dans le plan de Résilience, la France décide de mobiliser 89 millions d’euros supplémentaires sur sa réserve de crise PAC afin de prendre en charge spécifiquement le surcoût d’achat d’aliment.

« Le seul critère d’accès à l’aide est lié à la part de l’achat d’aliment et de matière première dans les charges d’exploitation, décrit Valérie Bris. Ce montant d’achat d’alimentation devrait être d’au moins 3 000 € sur la période de référence 15 mars 15 juillet 2021, pour une aide portant sur la période 15 mars - 15 juillet 2022. » Les modalités administratives restent à être définies et validées par l’Europe mais l’idée serait de considérer un taux de dépendance à l’alimentation animale sur la base du dernier exercice fiscal achevé. « Ce taux de dépendance représenterait le coût de l’aliment rapporté à la totalité des charges d’exploitations, afin que l’aide soit basée sur la réalité des coûts d’achats. » Selon ce taux de dépendance, la prise en charge du surcoût alimentaire ira d’un forfait de 1000 € à un calcul de 40 ou 60 % avec un plafond.

« Notre objectif est de faire valider le processus par l’Europe pour la mi-mai, afin d’ouvrir les télé-déclarations avant fin mai pour un objectif de mise en paiement fin juin », conclut Valérie Bris.

Porcmag - Formules d'abonnement

AUX CÔTÉS DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d'expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois