Prix du porc : le coup de gueule de la FNP

18 janvier 2021 - Florent HOFMANN

Le jeudi 14 janvier, la Fédération Nationale Porcine a réagi sur le prix du porc et sur le respect du travail des éleveurs.

« Des côtes de porc à moins de 1,50€ /kg ! On se moque de qui ? », la Fédération Nationale Porcine (FNP) donne le ton. Dans son communiqué du 14 janvier, la FNP pousse un coup de gueule et interpelle sur le prix du porc et la valorisation du travail des éleveurs. Tout débute par une contextualisation : « Un éleveur de porc français vient d’investir pour la biosécurité de son élevage et respecte scrupuleusement les recommandations de bien-être animal. Il pratique, avec ses cultures et les engrais organiques de son élevage, un modèle d’économie circulaire dans son entreprise et a récemment embauché une jeune salariée pour prendre soin de sa maternité », indique la FNP avant d’ajouter que « en raison du prix du porc, l’éleveur ne couvre pas ses frais de production ».

Ce n’est pas tout, à travers l’histoire de cet éleveur, la FNP indique avoir vu des côtes de porc en promotion à un prix dérisoire : 1,48 € /kg. « C’est 3 à 4 fois moins cher qu’un kilo de lessive et 6 fois moins cher qu’un kilo de clous », s’indigne-t-elle. Cette dernière précise que les éleveurs sont conscients des tiraillements économiques et sociaux et qu’ils y sont préparés. Mais cette promotion a été la goutte de trop. Dans un contexte de filière porcine en difficulté depuis une dizaine d’année où de nombreux éleveurs ne parviennent pas à couvrir leur frais, la FNP monte au créneau. La fédération est consciente qu’il faut relancer la consommation de porcs français pour éviter les engorgements dans les élevages, qu’il faut des prix abordables en ces temps de crise et des promotions pour faire marcher la concurrence et attirer le client. Mais pas à n’importe quel prix.

Les distributeurs en maîtres de la situation ?

A l’heure des négociations commerciales, François Valy, Président de la FNP, appelle à la raison. La grande distribution exige une baisse des prix à l’heure où le coût des matières premières, et par conséquent de l’alimentation animale, ne cesse de grimper. La production devient de plus en plus chère tandis que certains débouchés comme la restauration hors domicile (RHD) sont en bernes. Dans ce contexte, la grande distribution constitue la principale issue et joue de son avantage. De plus, la baisse du pouvoir d’achats de l’ensemble des consommateurs pousse les enseignes à tirer les prix vers le bas, au dépend des éleveurs et de leur travail.
Par ailleurs, dans un communiqué du 21 décembre 2020, la Coopération Agricole avait rappelé le fait que la position privilégiée des distributeurs leur confère la responsabilité « d’accorder des revalorisations tarifaires qui permettent de rémunérer les producteurs plus justement. » Et d’ajouter que « force est de constater que la guerre des prix a d’ores et déjà fait son retour dans les rayons alimentaires (- 0,5 % en un an) et se décline aujourd’hui dans les box de négociations, par des demandes de déflation (-2% en moyenne) et de budgets promotionnels supplémentaires. »

Dans une période de négociations commerciales, chaque partie essaye de tirer son épingle du jeu, mais la crise liée à la situation sanitaire rend la tâche encore plus ardue.

Abonnement PorcMag

AUX CÔTÉS DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d'expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois