Elanco poursuit ses recherches contre les diarrhées en PS

22 mars 2021 - Florent HOFMANN

En réponse à la récente interdiction d’usage à dose médicamenteuse dans les aliments et à la prochaine entrée en vigueur de l'interdiction d’usage d’antibiothérapie en préventif, Elanco a présenté des études pour aider les professionnels à appréhender la prévention des diarrhées en post-sevrage.

Le contexte réglementaire autour de la santé porcine se durcit de jour en jour. Face à ce constat, Elanco tente de trouver de nouvelles solutions pour maîtriser les diarrhées en post-sevrage. En effet, depuis janvier 2021, les vétérinaires n’ont plus l’autorisation de prescrire d’aliments porcelets médicamenteux supplémentés en oxyde de zinc en post-sevrage. De plus, le règlement européen 2019/6, qui prévoit une interdiction des prescriptions d’antibiotiques à visée préventive pour des traitements collectifs, entrera en vigueur en 2022. En réponse à ces nouvelles directives, Elanco a présenté des études « pour aider les praticiens à mieux appréhender la prévention des diarrhées en post sevrage ».

La première, nommée « Caractérisation des souches pathogènes d’Escherichia coli isolées chez le porcelet en diarrhée post-sevrage entre 2014 et 2020 », concerne la prévalence des différents sérotypes d’Escherichia coli dans les élevages touchés par ces diarrhées. « Dans 71% des élevages où sont observés des diarrhées, les sérotypes F4 et/ou F18 sont impliqués : F4 seul dans 31% des cas, F18 seul dans 29% des cas et enfin F4 et F18 simultanément dans 11% des cas », explique Elanco.

La deuxième étude se penche sur l’« Evolution des performances technico-économiques en post sevrage après substitution de l’oxyde de zinc par la prophylaxie F4/F18 pour le contrôle des diarrhées colibacillaires en élevage porcin ». Selon l’entreprise de santé animale, cette seconde étude est davantage destinée aux prescripteurs qui recommandaient l’oxyde de zinc jusqu’à présent. « La prescription du vaccin Coliprotect™ F4/F18 au lieu de l’oxyde de zinc s’est accompagnée d’une baisse de 1,3% du taux de pertes en post sevrage, d’une amélioration de la croissance des porcelets - +34 g/j de GMQ -et au bilan, la vaccination a permis un gain net de 1,34€ par porc », affirme Elanco. Des résultats corroborés par une troisième étude, sous forme de méta-analyse des résultats qui ont été obtenus dans 20 élevages porcins.

Abonnement PorcMag

AUX CÔTÉS DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d'expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois