PPA : État des lieux de l’épidémie

2 mars 2020 - Claire Walbecque

Ces dernières semaines, aucune évolution majeure dans la propagation de la peste porcine africaine en Europe n'a été observée, excepté en Pologne et en Roumanie. Les situations en Grèce et en Belgique semblent rassurantes. De l’autre côté de la planète, en Asie, le virus continue de faire des ravages… Porcmag fait le point sur l’étendue de la crise sanitaire.

Pologne : l’extension vers l’ouest continue

Depuis la confirmation de peste porcine africaine (PPA) sur une laie accidentée en novembre 2019 dans l’ouest de la Pologne, les cas sauvages confirmés se poursuivent et se répartissent dans deux zones situées à l’est et à l’ouest du pays. La zone centrale du pays est à ce jour indemne. Une extension vers l’ouest du nombre de cas a été confirmée avec notamment un cas avéré le 19 janvier à 13 kilomètres de la frontière allemande. Depuis cette date, soit en un peu plus de deux mois, plus de 300 sangliers ont été retrouvés positifs sur une zone de plus de 4 700 km². À titre de comparaison, en Belgique, au 10/12/2018 soit trois mois après la détection de la maladie, les 225 cas positifs s’étalaient sur une zone beaucoup plus restreinte de 120 km².

Roumanie : 42 000 porcs abattus dans un élevage commercial

Un foyer de la maladie a été confirmé le 16 février dans un élevage commercial situé dans la ville de Slobozia, soit à environ 80 km à l’ouest de Bucarest en Roumanie. 42 000 porcs ont été abattus. Selon le rapport de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), 23 animaux de l’élevage avaient été testés positifs au virus. Depuis les premières déclarations de l’épizootie en Roumanie en 2017, plus de 600 000 porcs ont dû être abattus.

Grèce: aucun autre cas signalé à ce jour

Le foyer de peste porcine africaine déclaré le 3 février dans un petit élevage situé près de la ville de Serres, dans le nord de la Grèce, non loin de la frontière avec la Bulgarie, semble pour l'instant être un cas isolé. Pour rappel, l’élevage concerné comptait 32 porcs, l’un étant décédé à cause de la maladie, le reste ayant été abattu. Les autorités ont d’ailleurs fait de même avec tous les porcs présents dans un rayon de 3 km autour de l’élevage. Des interdictions de transport avaient aussi été mises en place dans un rayon de 10 km autour du site infecté. De plus, à l’occasion d’une réunion à la Commission européenne le 13-14 février dernier, les autorités grecques ont déclaré ne pas avoir encore identifié la voie d’infection la plus probable du virus. Diverses théories sont à l’étude : sanglier, aliments contaminés, contact avec du matériel infecté, mouvements illégaux d’animaux sur le territoire, facteur humain…

Belgique : Situation maîtrisée ?

Aucun nouveau cas de PPA n’a été déclaré en Belgique depuis le 3 janvier 2020 (déclaré officiellement le 13 janvier). Il s’agissait d’un cadavre de sanglier positif trouvé à l’ouest d’Assenois, au centre de la zone infectée, dont la mort était estimée à au moins trois mois. Une situation rassurante, mais qui ne permet pas encore de baisser la garde. Par ailleurs, selon la DGAL, au 23 février dernier, aucun cas n’a été déclaré en France, permettant ainsi au pays de conserver son statut indemne. Pour information, au 24 février, 545 cadavres de sangliers ont été signalés dont 510 ont été testés en France par le réseau Sagir. Tous étaient négatifs pour la PPA. D’autre part, depuis le 18/02/2019, un échantillon de 20 % du total des sangliers abattus (n=869) dans la zone blanche est analysé dans le cadre d’une surveillance programmée. Depuis cette date et au 31/12/2019, 172 sangliers ont été analysés dans ce cadre et tous étaient négatifs.

Toujours plus de cas en Asie

Le virus poursuit sa propagation au sein des différentes îles de l’archipel des Philippines, faisant des bons parfois de plus de 1 000 km. Un développement similaire s’est produit en Indonésie. Bali aurait d’ailleurs confirmé plusieurs foyers de PPA, mais l’OIE ne les a pas encore officialisés. En parallèle, le nombre total de foyers de PPA en Corée du Sud est passé à 175, tout le long de la frontière avec la Corée du Nord. Depuis que la première infection a été constatée mi-septembre 2019, le virus a entraîné l'abattage de 27 000 porcs domestiques et l'infection de 169 sangliers. Presque chaque jour, de nouveaux cas sont signalés. Dans la Corée du Nord voisine, un seul cas a été signalé, situé très près de la frontière avec la Chine, et ce, en mai 2019. Concernant la Chine, le dernier foyer officiellement déclaré par les autorités sanitaires du pays date de janvier 2020. Au Vietnam, depuis la déclaration du premier cas de PPA le 19 février 2019, toutes les provinces du pays ont signalé des foyers de la maladie, plus de 6 000 000 de porcs ont été abattus. Affaire à suivre.

 

AUX CÔTES DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d’expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois