Simulation de fièvre porcine africaine en Bretagne : un préjudice d’un million d’euros pour un éleveur foyer !

3 mai 2022 - Joshua Daguenet

En février 2022, la peste porcine africaine s’est approchée à moins de 100 kilomètres de la frontière française en contaminant des sangliers dans le nord-ouest de l’Italie. Dans un souci de prévention si le pire venait à arriver, le plan d’urgence PI-ZHU - « soie de cochon » en chinois - a été mis en place par les professionnels et les services de l’État. L’exercice a décrit les conséquences économiques d’un cas de contamination pour un foyer domestique et les élevages à proximité.

L’objectif de cette simulation présentée par Alexia Aubry, ingénieur d’étude à l’IFIP, à l’occasion de la journée IFIP dédiée à la maîtrise sanitaire de la filière porcine, est de mieux anticiper les actions à mettre en place, mais aussi permettre aux acteurs territoriaux et professionnels de bien se coordonner. Pour l’ensemble du projet PI-ZHU, une zone de forte densité porcine a été privilégiée, localisée dans le Finistère.

Si une enquête épidémiologique confirme la suspicion d’infection du site, un arrêté préfectoral portant déclaration d’Infection (ADPI) entérine l’abattage des animaux du site foyer avec une interdiction de repeupler avant la levée de l’APDI.

Une zone de restriction autour du site foyer avec une interdiction de circulation dans la zone et en dehors de celle-ci est appliquée pendant au moins 35 jours et jusqu’à trois mois. Pour définir avec la meilleure précision possible les dégâts économiques pour un éleveur, l’exercice a défini un élevage foyer comportant 466 truies en naisseur-engraisseur dans le Finistère.

Cette période de vide sanitaire découlant de l’épidémie entraîne une perte de marge qui se répercute sur la période de reconstitution des stocks. Il faut ensuite ajouter le coût du repeuplement et celui lié au nettoyage, à la désinfection et à l’euthanasie des animaux.

Un surcoût lié au repeuplement supérieur à 400 000 euros

La période d’arrêt de production est estimée à une année entière en cumulant la durée de vide sanitaire et la période de reconstitution des stocks pour un préjudice s’élevant entre 550 000 et 630 000 euros. Le rachat de 100 % des reproducteurs abattus, lui, monte à 140 000 euros.

La perte de marge est calculée sur les performances moyennes de l’éleveur de ces 3 dernières années ainsi que les prix lissés des 3 dernières années avec une prise en compte des variations saisonnières et des variations annuelles.

En comptant les charges opérationnelles liées à l’alimentation, l’insémination artificielle et les dépenses de santé, le repeuplement progressif sur la période de reconstitution des stocks représente un investissement de 275 000 euros.

Le coût total du repeuplement dans le cadre de l’exercice « PI-ZHU » monte ainsi à 415 000 euros.

Selon la période de vide sanitaire, le coût total du préjudice pour un éleveur foyer varie entre 965 000 et 1 045 000 euros, soit plus de 2 000 euros par truie présente. Un montant qui n’inclut pas les frais de nettoyage et de désinfection, lesquels sont très fluctuants avec une fourchette s’étendant de 58 000 à 294 000 euros.

Un second article présentera, ce coup-ci, les conséquences économiques pour un élevage situé à proximité du foyer infectieux.

 

Pertes liées à la FPA pour un élevage foyer du Finistère, 466 truies NE, estimées dans le cadre du projet PI-ZHU

Nature du préjudiceCoût
Perte de marge sur la période de vide sanitaire imposée et sur la période de reconstitution des stocks    Entre 550 000 et 630 000 eurosEntre 550 000 et 630 000 euros
Rachat de 100% des reproducteurs abattus140 000 euros
Repeuplement progressif275 000 euros
TotalEntre 965 000 et 1 045 000 euros
+ Frais de nettoyage-désinfectionEntre 58 000 (« vide long ») et 294 000 euros (« optimisé »)*


*Pendant la période de vide sanitaire, la somme de 294 000 euros correspond à un scénario dit « optimisé », soit des frais de nettoyage-desinfection complets et approfondis de l’élevage, incluant par exemple les fosses et les pré-fosses.

 

 

 

 

Porcmag - Formules d'abonnement

AUX CÔTÉS DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d'expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois