Un foyer de peste porcine en Allemagne à 6 km de la France

27 mai 2022 - Françoise Foucher

Un foyer de fièvre porcine africaine a été confirmé le 25 mai à Forchheim (Baden-Württemberg), commune située à 6 km de la frontière française de l’autre côté du Rhin. Localisé dans le district de Fribourg-en-Brisgau, il est le premier cas mis en évidence à la frontière occidentale de l’Allemagne.

https://agriculture.gouv.fr/les-mesures-adopter-pour-eviter-lintroduction-de-la-ppa-en-france

L'élevage concerné est un élevage de 35 porcs élevés en plein air.

Le ministre de l’Alimentation, des zones rurales et de la protection des consommateurs du Bade-Wurtemberg, Peter Hauk, a estimé que « ce n’était qu’une question de temps avant que la peste porcine africaine n’atteigne le Bade-Wurtemberg ».

Une « action humaine » à l'origine de la contamination

Après la mort de plusieurs animaux au sein de l’élevage, ce qui a déclenché l’alerte sanitaire, tous les animaux restants ont été abattus mercredi matin (25 mai). Peter Hauk annonce qu’une équipe d’épidémiologistes de l’Institut Fridrich Loeffler (FLI), en charge des questions de santé animale dans le Land, est attendue au début de semaine prochaine sur place. Cet institut réaliste actuellement un séquençage du gène de l’agent pathogène dont le ministère espère qu’il permettra d’en apprendre davantage sur son origine. L’hypothèse actuelle de source de contamination est « une action humaine ».

Les autorités fédérales ont établi une zone d’exclusion d’un rayon de trois kilomètres autour du foyer déclaré et une zone de surveillance d’un rayon extérieur de dix kilomètres. Ces mesures impliquent l’interdiction de faire entrer et sortir des porcs des exploitations situées dans la zone d’exclusion. Elles concernent également les mouvements de viandes fraîches et de produits à base de viande de porc provenant d’abattoirs ou d’usines de transformation de gibier situées dans ces zones sous contrôle. Les sous-produits animaux et le lisier, le fumier et la litière des porcs ne peuvent pas non plus sortir des exploitations.

Des drones à la recherche de gibier contaminé

Les autorités fédérales mettent maintenant en place une opération de recherche systématique de gibier sauvage potentiellement contaminé et décédé : « Afin de rendre la recherche rapide et efficace, décrit le ministre Peter Hauk, des équipes composées de deux personnes et d’un chien adapté, sont déployées sur le terrain. » Dès aujourd’hui (27 mai), une vingtaine d’équipes devaient commencer les recherches. En dehors des zones forestières, des drones équipés de caméras thermiques complètent le dispositif de recherche.

Du côté des autorités françaises, les services de l’Etat se disent « pleinement mobilisés pour surveiller toute alerte et accompagner les professionnels ». Le ministère français de l'Agriculture et de la souveraineté alimentaire met à jour son site internet avec les mesures à adopter pour éviter l'introduction de la maladie en France.

« Soutenez les éleveurs de porcs et acheter du porc »

Peter Hauk conclut : « Les éleveurs de porcs sont durement frappés en ce moment. Diverses mesures ont entraîné une baisse continue des ventes de porc. » C’est pourquoi il en appelle « aux consommateurs, mais surtout aux commerçants : soutenez les éleveurs de porcs et achetez du porc. Il n’y a aucune raison de ne pas le faire ».

Porcmag - Formules d'abonnement

AUX CÔTÉS DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d'expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois